CRADC/AFRICA

27 octobre 2016

Capucine, Camomille et le VIH, SIDA

Grande_capucine__Camomille_et_le_VIH__SIDA

Posté par immacumat à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 octobre 2014

 

 

 
   

 

                                        

 

 

 

CRADC/AFRICA

 

R.D.C/SUD-KIVU

CENTRE DE RECHERCHE ET D’APPUI  AU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LA SOUS REGION DES GRANDS LACS AFRICAINS

Av. de l’Athnée d’Ibanda, Commune d’Ibanda, Ville de Bukavu

Email : cradcafrica5@gmail.com

Tél : +243993021951,+243993654042

 

 

 

 

 

 

 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                   JANVIER 2O14

 

 

I.INTRODUCTION.

 

CRADC/AFRICA a compris que le développement de l’Afrique doit être endogène, que la RDcongo est le poumon qui doit faciliter le développement de l’Afrique et de la  région des grands lacs en particulier. Beaucoup des pays du monde entier espèrent se ravitailler en Afrique centrale et dans le bassin du congo en différentes ressources nécessaires pour la vie en cette période ou le réchauffement climatique est à une vitesse galopante.

Le centre CRADC /AFRICA  voudrait devenir une solution à certains problèmes majeurs de développement qui rongent la province du sud-kivu et la sous région des

 Grands lacs en général.

Pour CRADC /AFRICA , il y aura pas de développement rapide de la sous région des grands sans passer par le développement de la production de l’énergie.

Des spécialistes et experts dans différents domaines scientifiques surtout agricole, environnemental et technologiques se sont résumés en soulignant qu’une autre alternative serait possible afin que certains problèmes majeurs qui rongent la sous région des grands lacs trouvent des solutions.

Ces sont des Médecins ,des électromécaniciens, environnementalistes, des zootechniciens ,géographes ,des agronomes, des communicologues sociales, des éléctriciens,electroniciens,des artisans du secteur bois, des biologistes et chimistes laborantins  ainsi que des Psychologues qui  ont mis ensemble leurs moyens et leurs compétences envue d’une complémentarité dans le domaines de la recherche et de la production des biens et services pour les bénéfices des  populations du Sud kivu et de la sous région des grands lacs en général.

Pour CRADC/AFRICA,  les thèmes sur le développement de la technologie, l’artisanat en Afrique perdent souvent  leurs places  lors des grands débats nationaux et internationaux alors que le développement d’un pays passe toujours par l’artisanat et ou la technologie appropriée, l’agriculture et la bonne gestion de l’environnement. IL serait impérieux de marier toujours les questions environnementales à celles qui concernent le développement de la technologie ainsi qu’avec celles qui évoque la problématique de l’énergie dans la sous région des grands lac .Pourquoi oublier les bœufs qui tiraient la charrue ont allégé la tâche aux agriculteurs avant la création des tracteurs ;

Développer l’esprit de créativité des micros entreprises dans la sous région des grands lacs et dans le monde entier en général  est une approche qui devrait en principe être basé sur le respect des normes environnementales si l’on ne veut pas détruire le monde.« Les techniciens ne doivent pas couper l’arbres sur lequel ils sont assis »

Pour le cas du sud Kivu dont son économie repose sur l’artisanat, il est impérieux d’insister sur la protection et la gestion des écosystèmes des forêts tropicale en voie de disparition.

Développer l’entreprenariat (artisanale, agricole etc) au sud Kivu sera  plus que géniale mais au cas où les programmes de développement élaborés mettent plus d’accents sur la gestion rationnel des écosystèmes du bassin du Congo.

            Les menuisiers et autres artisans du secteur bois devraient savoir que certains espaces d’arbres ne peuvent pas germés si leurs graines n’ont pas séjournés dans le jabot des certains oiseaux et dans le ventre des certains animaux sauvages.

En effet, ce document technique n’a aucune autre intention que de vous présenter les forces et expertises que des personnes de bonne volonté et soucieuses du développement de la province du Sud-Kivu et de la région des grands lacs voudraient mettre à la disposition des populations en besoin.

 CRADC propose et exploite aujourd’hui des nouvelles pistes de développement communautaire.

Plusieurs stratégies sont mis en œuvre CRADC/AFRICA afin de trouver des solutions aux problèmes qui rongent l’Afrique actuellement.

Dieu n’aide jamais quelqu’un qui garde ses mains dans ses poches (proverbe

malien)  Notre approche suivante illustrée par ce schéma est simple :

 

           
   

Réboisement, préservation et réforestation et résolution pacifique des conflits fonciers fonciers ,plaidoyer,gestion des dechets…

 
 

Energies hydrauliques et renouvelable non polluante

 
 

Développement durable (entreprenariat  agricole et artisanal, etc)

 
 
 

 

 

 

    e

 

       
       

 

 

 

 

 

II.CONTEXTE GENERAL  DU SUD-KIVU 

 

Le sud Kivu est une province situé à l’est de la RDcongo sur la frontière avec le Rwanda, Burundi, Tanzanie et la Zambie. Sa démographie galopante atteint aujourd’hui  13 million d’habitant.

 Seul dans moins de 10 ans sa capitale BUKAVU est habitée par 1million d’habitant.

C’est au fait, une province sinistrée qui vient de passer plusieurs années dans une insécurité généralisé qui a occasionné une gestion politico socioéconomique  difficile de son intérieur devenu inaccessible, influençant ainsi l’exode massif des jeunes et la destruction indescriptible de l’environnement.

La province du sud-kivu est située aujourd’hui dans un climat tropical très déséquilibrée suite à plusieurs facteurs d’ordre environnemental qui font que dans les zones (territoires) qui la composent.

Les cultivateurs ne savent plus se conformer aujourd’hui  aux saisons( en 2013,agriculteurs d’arachides dans le territoire de Kalehe ont perdu leurs cultures suite une saison sèche précoce ) .

La population de la population du Sud-kivu est en majorité jeune et ne vit que des activités commerciales, l’artisanat et de l’agriculture traditionnelle (avec la houe)

Les pays limitrophes (Rwanda, Burundi, Tanzanie, la Zambie,…..) se ravitaillent en matière première au Sud Kivu. Ils viennent  se ravitailler surtout, entre autres, en produits ligneux, non ligneux, l’huile de palme, le café et en différentes pierres précieuses.

Le Sud- Kivu fournit une trentaine de sorte de bois forestiers sur le marché sous régional. Les données disponibles à la coordination provinciale de l’environnement croissent au jour le jour .

50 camion de 15 tonnes chacun déchargent  aujourd’hui 750 tonne/Mois, de bois forestiers sur le marché de la ville de Bukavu, en provenance des territoires de  Kalehe ,mwenga  , kabare chaque mois, en plus des tonnes des bois fournit par les forets artificielles et communautaires du Bushi (selon l’inventaire réalisé par l’organisation Artisans du monde ADM ,2007) .

-Fort malheureusement des jeunes exploitants forestiers et commerçants coupent des bois jeunes inutiles à la construction ni pour la menuiserie.

( Ex ;le bois en provenance de la forêt tropicale du territoire de Mwenga).

-Les techniciens et leurs micros entreprises artisanales et  semi industrielles manifestent d’emblée les besoins en formation sur la gestion des foret ainsi ,en gestion des déchets ,en outils et machines pour l’amélioration de la qualité et  quantité de leurs produits.

Beaucoup des jeunes ont été enrôlés dans l’armée et aujourd’hui, ils se retrouvent abandonnés sans aucun moyen de survis, de  retourner à l’école, ni de rentrer chez eux dans leurs villages .Ce phénomène à comme conséquence notamment, la dépendance alimentaire ou l’importation de tout les denrées alimentaires, la délinquance juvénile, les violences sexuelles, la prolifération des petites églises dans les quartiers de la ville de Bukavu, la destruction excessives de l’environnement etc.

La rareté de l’eau potable cause des sérieux problèmes à la population des certaines communes de la ville de Bukavu, chef lieu du Sud kivu. Ces derniers doivent  se ravitailler en eau dans la rivière Ruzizi, le  lac Kivu et dans d’autres rivières.

Ces problèmes ont récemment  causés qu’en 2012 des individus  perdent la vie a cause des maladies hydriques dans certains quartiers de la ville de Bukavu,(quartier Panzi,Gihamba,Muhungu).

Quant à l’électricité ; elle fait que les populations des centres urbains et ruraux ont  difficile à entreprendre des activités qui demandent nécessairement de l’énergie électrique tels que  les moulins, la lumière, des centre de medias, les salles de lecture et étude pour les élèves ainsi que pour la cuisson etc. 

L’on peut résumer que les habitants autours des forets naturelles en RDcongo coupent les arbres, déciment même les bambous (nourriture des gorilles du parc de Kahuzi bièga) pour se procurer de l’énergie tels que le pétrole sur le marché locale  et cuire la nourriture. Comme c’est le cas à Kaniola dans le territoire de Walungu au Sud de la ville de Bukavu.

Les constructions des centres urbains du sud Kivu ne respectent plus les normes urbanistiques et environnementales, l’on constate aujourd’hui que même l’écosystème aquatique est menacé par des personnes qui construisent dans le lac kivu ,d’autres menacent le parc de Kahuzi Bièga à la recherche non seulement des pâturages mais aussi des terres fertiles d’où l’existence des conflits entre les populations riveraines du PNKB ,la réserve d’itombwe et ses patrimoines mondiales. Le lac kivu est devenu une poubelle pour l’habitant de la ville de Bukavu. CRADC pense qu’il ya moyen de gérer tout ces déchets pour l’intérêt des cultivateurs du territoire de Kabare, Kalehe, Uvira, walungu etc.

 

III. PRESENTATION DE L’ORGANISATION

 

1. Historique du centre.

Le CRADC est une Organisation de Recherche  et d’appui au Développement Communautaires. Elle est sans but lucratif, de droit congolais et  créée en 2004 à Bukavu, au Sud- kivu. Elle a été autorisée à œuvrer la même année sur l’étendue du Sud-kivu  par l’Etat congolais et s’est dotée des textes de gestion. Son bureau administratif  est situé à Bukavu sur Avenue av P.E Lumumba.

 La raison qui a présidé à la création de ce centre est la situation de sous développement très déplorable et précaire dans laquelle vivent des milliers des populations dans les provinces de la RDcongo, particulièrement dans les milieux ruraux ainsi que celles vivant dans les pays limitrophes, le sous équipement et le manque d’informations technologiques , commerciales, environnementales pour les petites et moyennes entreprises artisanales du Sud-Kivu, Bref, le sous développement économique dans la Sous région.  .

Voulant remédier tant soit peu à cette situation déplorable en mobilisant les ressources locales et disponibles, il a été créé ce centre pour contribuer à la limite des  moyens disponibles, à la recherches des solutions aux problèmes spécifiques de développement  à chaque milieu à l’Est de la RDcongo et de l’Afrique en général par :

-L’encouragement des investisseurs locaux à placer des capitaux pour le développement endogène ;

-Des appuis aux innovations individuelles ;

-Des appuis aux initiatives locales de développement ;

-La protection et gestion de l’environnement ;

-La lutte contre le VIH/sida ;

-La lutte contre les maladies d’origine virale ;

-Le renforcement de la recherche scientifique

-Le soutien à l’industrie locale à améliorer son outil de production

-La vulgarisations de la technologie appropriée

CRADC/AFRICA a commencé à réaliser ses premières activités depuis l’année 2004, sous le nom de l’organisation Artisan du Monde, avec ses propres moyens.

L’activité principale du centre est l’assistance aux génies chercheurs et la réalisation des projets de réponses axés sur les résultats tangibles pour le bénéfice des populations en besoin dans le domaine de la santé ,environnement,entrepreunariat ou économique, santé, habitat, hygiène eau et assainissement.

 

V.DE MISSION, VISION ET ORGANISATION

 

1. Mission de CRADC : Mettre à la disposition de la population de la sous région des grands lacs  des informations, des projets durables et actions technologiques concrètes susceptibles de stimuler des nouvelles orientations innovatrice pour la recherche du bien être de la population.

 

2.Vision : CRADC devenir un institut de recherches technologiques et d’appui technique  qui va stimuler  l’esprit de recherche et de soutien aux innovations envue d’une réponse aux problèmes de manque du bien être des populations dans la sous région de grands lacs et en Afrique en général, de sous équipement des producteurs, transformateurs des matières premières locales.

 

3. Organisation structurelle du CRADC

 

a .Le Conseil d’Administration, Composé de 6 personnes 4hommes et 2femmes

b. La Coordination gérer par un directeur général  manager.

C. Chef de centre ou de programme en charge du marketing au sein de laquelle il y a plusieurs services. Il fait le suivi quotidien des activités du projet.

 

-d .L’administration et finance

-e .Le département de recherches technologiques

-f.Le département des recherches sanitaires

-j .Le département chargé des projets

-h.Le service des relations publiques, communication et de medias

 

 

VI. REALISATIONS.

 

 

ANNEE

REALISATIONS

BAILLEUR

 2006

 

 

 

 

2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2008

 

 

 

 

 

 

 

2009

 

 

 

 

 

2011

 

 

 

 

2012

 

 

 

 

2013

-Installation d’un atelier de fabrication et de réparation des machines (de Menuiseries, scieries automatiques de grande capacité de coupe des bois forestiers à Mwenga, presses à noix palmistes, Boudineuses, dans le quartier industriel/BUKAVU(MTT)

-Formation des enfants sortis des groupes armés, en  différents métiers artisanaux ;

-Echange des réflexions avec les artisans du Rwanda et du Burundi sur des questions de métiers et au centre des artisans OSEJR/KIGALI, centre ABANIKI /BURUNDI ;

-Inventaire des bois sur le marché à Bukavu et leurs noms locaux ; Taxonomie

-Fabrication des machines de production des produits pharmaceutiques et leur installation pour la SODIPHAR/Bukavu ;

-Identification des sites stratégiques pour l’installations des microcentrales hydroélectriques pour lutter contre le déboisement  et approvisionner la population en énergie  en province du sud kivu( Kamisimbi, Nyamiryangwe,Mushinga,Kaniola,Luhwinja,Mwenga,Fizi etc

 

-Mission humanitaire pour installation des machines de transformation des produits agricoles pour le compte de l’Ong  ACTED à MOBA /KATANGA ;

-Construction d’un hangar commercial de 1200 Tôles pour le compte d’ESKO internationale à l’aéroport de KAVUMU ;

-Installation d’une micro centrale hydroélectrique de 24 KW à Kamisimbi(8eme CEPAC /KAMISIMBI) ;

-Etude sur la gestion et transformation des déchets de bois avec les atèliers de menuiséries de Bukavu

-Construction des sources d’eau potable modèle à usage publique (Kadubo /Mushinga /Térritoire de Walungu)

 

 -Recherche sur le VIH/Sida et autres maladies ;

-Participation au projet d’électrification du village Mugogo par la SNEL dans le cadre du projet Tuungane /IRC

 

-Installation d’une station de pompage d’eau à Burhinyi pour le besoins des multiples activités artisanales et agricoles ;

 

 

Etc .

Autofinancement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autofinancement

 

-SODIPHAR

 

 

Autofinancement

 

 

 

 

 

 

ACTED

 

 

ESKO

 

 

 

 

 

 

BANRO

 

 

 

Autofinancement

IRCet Population locale

 

 

Autofinancement

 

 

 

VII. JUSTIFICATION ET MOTIVATION

 

Bon nombre des jeunes intéllectuelles cadres sont dans l’incapacité non seulement de mettre en pratique leurs connaissances scientifiques mais aussi incapable de créé leurs propres entreprises et d’innover ce qu’ils font. Et pourtant ;  Ce sont les  innovations qui constituent la source du développement socioéconomique d’une nation.

La jeunesse est abandonnée au chômage sans aucun espoir.

La situation actuelle de guerres  en RDCongo n’est pas différente de celle qu’a connue l’Allemagne âpres la seconde guerre mondiale.

IL a fallu que les autorités Allemandes prennent conscience et ont créé le plan Marchal ;qui consistait à développer plus les activités  technologiques et sanitaires  au détriment d’autres secteurs de la vie nationale.

C’est pourquoi tous les jeunes intellectuels devraient être encadrés pour une initiation à la créativité, d’où la création et installation d’un centre de recherche technologique et d’appui au développement communautaire dans la sous régions des grands lacs.

Les champs ou les terres cultivables existent mais il manque l’accès à des intrants adéquats et de l’énergie viables afin que les milieux ruraux soient vivables et se développent vite.

Les élites disponibles sont abandonnées à leur triste sort. 

 

VIII. PROBLEMES MAJEURS AUXQUELS LES POPULATIONS SONT CONFRONTESAU SUD-KIVU

                                                     

Les principaux problèmes identifiés sont les suivants :

-     Pauvreté et insécurité  alimentaire dans les ménages dirigés par les femmes en milieux ruraux et urbains;

-     Le manque d’énergies viables.

-          Les populations  ruraux sont pauvres bien que leurs milieux sont riches en différentes ressources naturelles ;

-          Les populations n’ont pas les moyens d’accéder à l’information, la première source de développement (Cfr Bible)

-          L’état à lui seul est incapable de résoudre les problèmes de l’agriculture et des agriculteurs ;

-          L’esprit d’investissement et d’entreprenariat est quasi inexistant 

-          L’esprit de créativité n’est pas développé ;

-          Les écoles techniques ne sont pas suffisantes et équipées

-          Le manque d’outils de travail de qualité

 -    Le manque des bibliothèques technique ;

-     Les chercheurs techniciens ne sont pas encadrés ;

-    Les innovations technologiques individuelles ne sont pas soutenues ;

-    Les sérieux problèmes d’habitat non viable,

-    Les perturbations climatiques accrues;

-    Les sérieux problèmes d’accès à l’eau potable ;

-    Le manque de bonne gestion des déchets,

-Les problemes d’handicape mentale dûs  aux guerres à repetitions qui viennent de secouer la province du Sud-Kivu.

- Le non accés aux soins de santé primaire

-L’exode rural

- Polifération des enfants dans la rue

-          Etc.

XI.  BESOINS PRIMAIRES URGENTS DE LA POPULATION AU SUD- KIVU.

-Construction d’un laboratoire phytomoderne à Bukavu

-Les microcredits pour les artisans

 -Microcredits aux agriculteurs éleveurs des milieux ruraux

-Installer un centre de dépistage des handicapés mentaux victimes des guerres

- Nécessité d’être desservie en eau potables dans les quartiers populaires de la ville de Bukavu et ses environs ;

-Nécessité d’avoir de l’énergie en permanence par la construction des centrales hydroélectrique.

-Installer un dispositif de triangle des déchets pour les engrais organique

- Nécessité  des centres de formations adéquates pour des formations techniques.

-Nécessité d’accéder à des machines à un prix abordables

-Nécessité d’organiser des foires

-Les techniciens ont besoin d’un cadre de réflexion et d’échange d’expériences.

-Des médicaments efficaces et accessibles

-Besoin d’alimentation équilibrée

-Besoin des formateurs techniciens efficaces pour leurs enfants.

-Besoin des techniciens compétents et d’une maison de référence en informations technologiques ;

- Transformations des déchets en engrais pour l’amendement des champs cultivables ou initiation à la production des biofertilisants

-.Trouver un médicament éfficace contre le VIH/SIDA

-Besoin des moyens et téchniques pour la lutte contre la perturbation climatique et la destruction de l’environnement.

 

X. INTERVENTIONS PROPOSEES

-Multiplier les microcentrales hydroélectriques dans la RDcongo(créer de l’energie non polluante)

- Sensibiliser les membres des communautés, les autorités et les leaders locaux sur les avantages de conserver la nature

.-Sensibiliser la population à la recherche des solutions aux problèmes d’insuffisance d’énergie, insuffisances de distribution équilibrée d’eau potables ;

-Encourager les activités et la formation des femmes en différents métiers

-Fabriquer des machines et outils aratoires localement ;

-Soutenir des recherches technologiques ;

-Financer les recherches et activités innovatrices des techniciens

-Organiser  un recyclage et formations des formateurs techniciens, agronomes, zootechniciens, vétérinaires et environnementalistes, phytotèchnie)

-Stimuler les élèves à la création des micros entreprises de réparation des appareils électroménagers.

-Organiser des visites d’échanges d’expériences et voyage de stage à l’étranger ;

-Créer un centre de formation en langue germaniques (anglais, Allemand etc)

- Organiser des rencontres avec d’autres centres nationaux et étrangers

 

-Lutter contre la vétusté des tuyaux et machines de distribution d’eau dans la province du SUd kivu et ailleur sur invitation.

-Organiser des formations ;

-Faire des essais des résultats préliminaires de recherches menées par CRADC ;

-Informer, publier  et vulgariser sur les produits fabriqués par CRADC ;

-Encadrer  et  initier les enfants de la rue à des métiers artisanaux dans un centre psychosocial ;

-Initier des techniques simples de filtration et de purification d’eau

-Installer un centre de formation des enfants pour la gestion de l’environnement (Club enfants et environnement)

 

 

 

XI. OBJECTIFS DE CRADC

 

10.1.  Objectif global

Protéger la biodiversité sous menace en RDC en particulier et dans la sous région des grands lacs africains en général à travers les résultats des recherches.

 

+.

 

10.2. Objectifs spécifiques

 

-Contribuer au développement de la recherche technologique et de la technologie appropriée en Afrique,

-Stimuler et développer l’esprit d’investissement local

-Protéger les écosystèmes du bassin du congo pour l’avenir

-Appuyer les innovations technologiques

-Promouvoir les recherches scientifiques et lutter contre les maladies virales

-Publier les résultats de recherche et innovation technologique

-Promouvoir l’éducation, la cohabitation pacifique, la santé, l’agropastoral etc

-Défendre le droits humains, ceux des jeunes et enfants et handicapé mentaux,

-Promouvoir l’autonomisation de la femme et le genre

-Octroyer des microcrédits agricoles

-Etc

 

XII. PRINCIPALES ACTIVITES DU CENTRE CRADC AUJOURD’HUI

 

  • Développer la technologie appropriée

Monter et fabriquer des machines de transformations des produits locaux et les vendre) ;

  • Vulgariser la technologie appropriée

 

  • Investir dans la lutte contre la destruction de l’environnement dans la sous région des grands lacs et la protection des écosystèmes du bassin du Congo.

 

  • Promouvoir les droits de la femme au Sud Kivu et ailleurs

 

  • Promouvoir la scolarité des enfants victimes de la guerre à l’Est de la RDcongo

 

  • Encadrement d’enfants dans l’éducation à la gestion de l’environnement et à la santé

 

  • Encadrer les enfants et jeunes handicapés mentaux ; physiques et albinos menacés par des coutumes et antivaleurs dans la sous-région des grands lacs Africains.

 

Développement agro apiculture

 

  • Cultiver les plantes médicinales ,antiVIH/SIDA, antidiabetiques, antipaludiques
  • Contruction d’une microcentrale à Kamisimbi/térritoire de Walungu,
  • Recherche sur l’insalubrité de la ville de Bukavu et du lac kivu
  • Formation socioprofessionnels des jeunes

 

-Sensibiliser la population à la bonne gestion des forêts communautaires, à la gestion rationnelle de l’eau, l’énergie, la faune et la flore à travers des  conférences etc.

  • Organiser des formations et recyclages des techniciens

 

  • Faire connaitre le centre CRADC

-organiser des conférences

-Organiser des voyages d’échanges technologiques au Rwanda et Burundi

  • Contribuer à la rechercher des médicaments pouvant combattre efficacement le VIH/ Sida et autres maladies

Virales

 

  • -Défendre le droits humains, ceux des jeunes et enfants et handicapé mentaux,
  • -Promouvoir l’autonomisation de la femme et le genre ;
  • -Protéger les écosystèmes du bassin du congo pour l’avenir ;
  • -Créer des banques semencières des céréales et des semences agroforesteries ;
  • -Créer un cadre permanant d’échange et de réflexion sur la technologie dans sous région des grands lacs ;
  • Apiculture à Nyangezi ;
  • -Participer à la recherches des solutions aux problèmes de déchets abandonnés par les micros entreprises des artisans ;
  •  

 

 

     XII. BENEFICIAIRES DE CES  PROJETS

 

6.1  Les bénéficiaires directs de ces  projets sont les suivants :

-Les jeunes désœuvrés en rupture scolaires

-Les entreprises de la RDcongo et de la sous région des grands lacs Africains

-Les malades dépourvues des moyens

-Les femmes et enfants

 

6.2 Les bénéficiaires indirects : la population du Sud Kivu en particulier et de la  région des grands lacs en général.

 

XIV. STRATEGIES D’INTERVENTIONS

 

CRADC  est  responsable des réalisations et exécution de ses projets.

IL recrute en cas de besoins d’autres personnels de terrain pour faciliter le travail.

Ce personnel est recruté en fonction de leurs compétences dans le domaine de la technologie, de l’environnement, santé, droits et de l’éducation non formel .

L’équipe d’exécution des projets est composée d’un Directeurs du centre, des Chefs des départements ayant de l’expérience suffisante dans la formation technologique, du processus REDD, éducation non formel, communication sociale et en santé. 

1Admin - comptable et une caissière qui s’occupe des questions financières.

 Pour une assistance judiciaire de qualité, CRADC a signé un contrat de collaboration avec un cabinet du Maitre Madame Nénette BINTU.

-CRADC/AFRICA mène des activités de plaidoyer auprès des ministères conjointement avec les populations cibles pour non seulement une responsabilisation des bénéficiaires mais aussi pour que les décideurs politiques facilitent la réussite d’un projet ou le changement de comportement des bénéficiaires.

-Le centre CRADC/AFRICA a signé des contrats avec des entreprises et centres de formations professionnelles expérimentés  locaux et internationaux.

La collaboration efficace entre CRADC et les organisations du milieu bénéficiaire d’un projet  permet de recevoir des plaintes sous forme des besoins (Formation, recyclage, commandes des machines et outils, des visites, perturbation climatiques, plaintes des diabétiques et personnes vivant avec le virus du SIDA qui n’accèdent pas aux antirétroviraux etc.)

 

14.1. Plan de suivi et d’évaluation des projets

A travers les réunions de tous les intervenants directs,

Tout  projet en exécution tiens à son sein un programme de suivi et monitoring permanent et d’analyse du niveau d’atteinte des résultats de façon continue.

 

Au démarrage, le suivi est assuré par le manager et ensuite par les formateurs, chercheurs et chefs de départements  qui composent la coordination ou la direction du centre CRADC/AFRICA

 Ces derniers restent toujours au côté des bénéficiaires et font le rapport hebdomadaire conjointement signés par les bénéficiaires pour certains projets.

Le chef de centre ou de programme et son Directeur General devront s’assurer du bon déroulement des activités  âpres une descente sur terrain une fois le mois ou âpres chaque trois mois .

 

  Ces suivis réalisés permettront de corriger les erreurs constatées, afin de s’assurer que les activités suivent le cours normal.

Ce suivi et monitoring est technique et s’effectuent dans l’objectif non seulement d’apprécier qualitativement et quantitativement les indicateurs objectivement vérifiables mais aussi de s’assurer du  bon déroulement des activités conformément à la planification et chronogramme des activités aux programmes et départements.

-Des évaluations ont toujours été programmées par chaque projets et bien défini dans le contrat de partenariat.

 

14.2. Suivi à la fin du projet

 

Le premier concerné pour ce suivi, c’est le bailleur qui devra s’enquérir des réalisations du projet ensemble avec tous les autres acteurs impliqués dans le projet en réalisation par CRADC /AFRICA (personnel du projet) ;Ils vérifient le niveau d’atteinte des objectifs et de résultats du projet, et si possible la faisabilité de reconduire ou de réorienter le projet au cours d’une séance de suivi et évaluation.

CRADC accompagne le projet des demandeurs des services même âpres sa réalisation pendant plus au moins une année.

 

XV.PROJET EN RECHERCHE DE FINANCEMENT

 

-Constructions des microcentrales hydroélectriques sur des rivières (6sites identifiés au sud-kivu

 

-La centrale construite à Kamisimbi-walungu est dejà opérationnelle à 70%, il manque les câbles de distribution au paysan et unités de productions AGR à y placer.

-Sensibilisation et formation des bénéficiaires sur l’usage du courant électrique, l’importance de la préservation de la nature et du reboisement.

-Faire des plaidoyers pour la compensation avec le Gaz carbonique auprès de la communauté internationale.

 

I .-Appui au développement de la filière huile de palme par l’installation d’une usine industrielle de savon à Kaniola/ WALUNGU ;

 

  • Schéma : Etapes à suivre

 

1. construire une micro centrale hydroélectrique à Kaniola

2 .Fabriquer et installer une boudineuse pour la production des savons.

3 .Former les agents

3     .Produire des savons de lessive et de toilette

4     Organiser un circuit de vente et d’approvionnement en huiles végétales.

5     Organiser l’élevage autour de l’usine (couveuses électriques)

 

 

 

 

 

II .Projet de recyclage des déchets des bois en briquettes combustibles et des cuisine économique utilisant le bois.

 

  • Schéma ou étapes à suivre

 

  1. Fabriquer une machine à presser la sciure de bois
  2. Construire un hangar
  3. Sensibiliser les menuisiers
  4. Ramasser et stocker les déchets  avec des camions
  5. Produire des briquettes en Bois
  6. Organiser un circuit de vente des briquettes

 

III. Projet de recherche et d’appui aux malades du VIH/SIDA par des soins alternatifs

-Aménagement d’un jardin médicinal pour les malades du SIDA et de diabétiques et des personnes victimes du paludisme;

-Cultiver les plantes de 4 catégories : Plantes à la fois médicinales et fruitières, à la fois légumières et médicinales.

-Cultiver les plantes exclusivement médicinales

-Cultiver des plantes pour servir de haies fertilisantes

 

IV. Projet forêts modèles  et  produits des forets aux sud Kivu.

-Formation des exploitants forestiers sur la gestion des ressources naturelles

-Organiser des rencontres avec les menuisiers ébénistes, exploitants forestiers et entrepreneurs commerçants dans les 7territoires du Sud-Kivu.

-Eduquer les enfants à la protection de l’environnement et à la santé ;

V. Projet d’agro apiculture

-Planter les plantes mellifères dans le site CRADC /AFRICA à Nyangezi

-Installer des nouvelles ruches traditionnelles

-Apprendre aux apiculteurs les nouvelles méthodes de récolte du miel et leurs importance pour la santé ;

 

VI. Projet  de fabrication et exploitation des couveuses électriques de production des volailles ;

 

1Construire un hangar de 5mx15m

2. fabriquer 2 couveuses électriques de 400 œufs

3. installer la couveuse et placer les œufs fournis par les éleveurs locaux

4. produire des poussins de 3mois

5 Vendre les poulets de 3mois

 

VII. Formation et création des clubs des jeunes et enfants amis de la nature dans les milieux urbains et ruraux du sud kivu.

-Traduction des informations en dialectes locales

-Sensibilisation sur l’importance de l’arbre et de la conservation de la nature,  l’élevage des abeilles, lutte contre le massacre des oiseaux.

VIII. Gestion des conflits fonciers liés à la forêt communautaires ou de terres arables dans les milieux ruraux( entre résidents et retournés ,entre déplacés et retournés)

 

-Formation des clubs d’écoute en parajuristes

-capacitation des clubs d’écoute

 

IX. Création d’un centre de formation en langues germaniques l’allemand et l’anglais

CONCLUSION

 Le CRADC est une organisation de recherche et d’application des recherches technologiques, d’appui technique, de réalisation des projets entrepreneurials, environnementaux et durables.

Il a commencé à travailler sous le nom de l’organisation « solidarité des micros entreprises des maitres artisans du Sud-kivu depuis l’année 2003 avant de devenir CRADC en 2004. A travers ADM/Sud kivu /Bukavu, ces ingénieurs indépendants ont intervenus au Rwanda à travers OSEJER et au Burundi ou ADM a été bien accueillit et tisser un partenariat solide avec l’organisationABANIKI de KINAMA.

. Le projet électricité et soin curatif du Diabète, paludisme, de reboisement et lutte contre la déforestation débute une nouvelles démonstration des compétences et expertises de CRADC /AFRICA .

C’est pourquoi le projet villages électrifiés (programme énergie propre, entreprenariat artisanale et environnement protégé) est une réponse à plusieurs problèmes liés à la pauvreté qui rongent les milieux ruraux en RDC et en Afrique en général. Une microcentrale dans chaque village dans la sous région de grands lacs est une réponse efficace pour combattre le déboisement massif au Sud-Kivu et un soutien efficace du développent .durable longtemps attendu par les congolais.

 

La recherche sur le VIH Sida pour sauver la vie des paysans agriculteurs et de la jeunesse en général dans l’Afrique Subsaharienne est entrain de donner des résultats prometteurs par des plantes médicinales trouvées localement).

 « Pas de développement sans éradiquer le VIH /SIDA, les hépatites virales et les maladies opportunistes ».

D’où, pour ce combat technologique, l’encadrement des spécialistes chercheurs volontaires dans ce domaine est une priorité de priorités ;ceci dans la transversalité de tout nos projets.

 

 

POUR CRADC /AFRICA

 

 

-NAMEGABE BUGABO JOHN

PRESIDENT

 

 

 

 

                            -BUHENDWA ZIHINDULA GEORGES

                                          DIRECTEUR GENERAL

                    MANAGER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                          

 

Posté par immacumat à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2014

Accueil

Nous avons le vif plaisir de vous souhaiter la bienvenue sur notre blog, CRADC/AFRICA.

Nous sommes un Centre de Recherche et d'Appui au Développement Communautaire dans la sous-région des grands lacs africains.

Nous sommes aussi une Organisation Non gouvernementale de type ASBL (Associations sans but lucratif) de droit congolais oeuvrant dans la cagégorie "ONG de de développement".

Nous avons pour objectifs parmi tant d'autres : Contribuer au developpement de la recherche téchnologique appropriée en Afrique et appuyer les innovations technologiques, créer un cadre permenant d’echange et de reflexion sur la technologie, proteger les ecosystèmes du bassin du congo pour l’avenir du continent, promouvoir les recherches scietifiques et lutter contre les maladies virales, etc.

Ces objectifs sont consolidés dans 4 départements principaux: la recherche technologique, la recherche médicale, l'environnement et énergie propore, les droits de l'homme. Ces départements sont composés chacun des spécialistes chevronés dans le domaine, soucieux du développement durable de leur milieu et motivés pour un changement positif de l'Afrique et du monde.  

CRADC est né et est opérationel à Bukavu, en province du Sud-Kivu, République Démocratique du Congo mais se propose d'embrasser le reste du Congo et les pays limitrophes des grands africains, notamment, le Rwanda et le Burundi.

Le Président.

Posté par immacumat à 13:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]